La lettre imposée

par Mme Tassel

Un chat tomba. Un rat dansa autour du chat et se coucha. Un joli colibri rit d’un criquet, peaufina sa resplendissante image et s’endormit.

La cage aux oiseaux a quatre moineaux. Il fait joli à l’intérieur du nid. Un jour d’automne un des quatre retournera chez lui.

L’arrivée de l’automne a arrosé ma maison.

Dans ma maison, mon papy a une chaise avec une assise agréable.
Je suis parti ici puisqu’il y avait de jolis paysages.
Je bus beaucoup et je fus soûl, ne pus conduire. Je ne bus que de l’eau depuis !

Quand la cage aux mésanges resplendit aux rayons, les petits oisillons qui s’égosillent piafent d’impatience. Ils jouaient entre eux et s’amusaient. La maman les calma en les faisant manger. Maintenant ils s’appaisent et s’assoupissent.

Des animaux marchent dans la prairie. L’oiseau s’étant fait mal à la patte, le chat l’a mangé car il ne pouvait se débattre.

A Paris, capitale de la France, le bateau voyageait constamment. Dans le beau cadre appartenant à mère-grand : aucun enfant.

La chatte rapporta à la maison dans sa patte l’araignée. Quand au lézard à chapeau, il trouva amusant d’attraper l’abeille fatiguée.

La chatte resta accrochée dans l’arbre car sa patte était mal placée mais Maman l’attrapa.

Le cheval au galop saute les obstacles pour gagner le parcours.