Jeux de mots - Mots-valises

par Mme Tassel

C’est un pays imaginaire que décrivent nos élèves de 6è en jouant avec les mots et en utilisant le principe du "mot-valise", mot inventé à partir d’une syllabe commune à deux mots existants. Les poèmes commencent comme le recueil de Ernest Pépin "J’ai fait vœu d’un pays" :

- J’ai fait voeu d’un pays
où je m’évade parfois.
Il suffit que je m’assois
sur mon tabourêve.

J’ai fait voeu d’un pays
où les gens porteraient d’étranges vêtements
des serpantalons, des chauchouettes
et des beaux chaussons.

J’ai fait voeu d’un pays
où l’on mangerait d’étranges mets
des hippopotages et des haricocodiles

J’ai fait voeu d’un pays
où sur mon papillombrelle
je pourrai battre des ailes
et revenir avec pour bagages
des mots-valises

Mariane, 6è4

- J’ai fait voeu d’un pays
qui soit rempli de papillongtemps, des papillons qui vivent longtemps
J’emmènerai mon carnétoile pour les dessiner.

Il y aura sûrement les serpendules, des serpents sur lesquels est accrochée une pendule, donc on l’entend de loin et tant mieux !

J’ai fait voeu d’un pays
un pays parfait
avec des singelers, ces bonbons délicieux plus que tout.

Je rêve de marcher le long des parcs
avec le bruit des rossignolisers, ces transports québécois avec le chant des rossignols.

J’ai fait voeu de ce pays et pas un autre.

Thomas, 6è4

- J’ai fait voeu d’un pays où chaque matin un loupse a encore fait une bêtise :
il mange une caroterrine

J’ai fait voeu d’un pays où chaque après-midi une gommerci se rend plus polie :
elle dit bonjour à un éléphantôme

J’ai fait voeu d’un pays où chaque soir une vacheval se fait dresser par un hiboulala

Gabrielle, 6è4

- J’ai fait voeu d’un pays gai, majestueureux et plein de végétation. Mouillé, habité par des éléphantés (éléphant qui porte malheur et qui fait peur) et dirigé par un fakirrigation (sage qui irrigue les champs). Il y aura des fêtes où tout le monde dansera le danserrer et le tango.

Margaux, 6è4

- J’ai fait voeu d’un pays
un pays où l’on mange du kangouroussis
où l’on voit des chamoiseaux traversant le ciel bleu
des lapinsectes apparaissant dans les touffes d’herbe
et des cochondindons trottinant sur l’herbe humide.

Emma, 6è3

- Hier, dans la forêt, j’ai vu une multitude de fleurenards : des herbes folles.
Blanches comme rouges, elle voléchaient (se courbaient) toutes sous le vent déchainé.
Au loin, j’ai pu apercevoir un licornitorynx : une énorme bête splendide.
Elle mangémissait (engloutissait) des petites fraises des bois puissantées, c’est à dire moisies.

Enora, 6è3